Le premier Poisson d’ornement présenté au public, en 1965 (Aquarium N°4, hall d’entrée), dans ce qui allait, progressivement, devenir l’Aquarium Tropical de Nancy, tel que l’on peut encore le visiter aujourd’hui fut, en effet, un Bedotia. Près de cinquante ans plus tard, les descendants des premiers spécimens (deux mâle et deux femelles !!), sont toujours en présentation, de générations en générations, dans un aquarium de la galerie Est. Cette souche nancéienne est directement originaire des spécimens rapportés de Madagascar par Jacques Arnould en 1952 (fiche aquariologique N° 007), première importation réussie après l’échec de celle effectuée dès 1936 par René Catala , le fondateur de l’Aquarium de Nouméa. Cette année là, en effet, trois spécimens seulement sur cinquante, parvinrent à Paris et furent confiés, le 24 juin 1936, au Pr Jacques Pellegrin (Muséum National d’Histoire Naturelle), par ailleurs auteur de la description de l'espèce en 1907. Le dernier survivant s’éteignit le 6 juin 1939 ! Il faut dire qu’à l’époque, ramener des Poissons vivants de Madagascar jusqu’à Paris était un véritable exploit ! Voyage en pirogue depuis le lieu de capture, puis en automobile, sur des centaines de kilomètres, puis en train jusqu’à Tamatave et enfin, pour finir, 30 jours de paquebot avec, au passage, "la terrible épreuve de la Mer Rouge" ! A l'Aquarium tropical de Nancy, après 25 ans de présentation dans le même aquarium, de générations en générations, une variété, que nous qualifierons de "queue noire" apparut et s'imposa progressivement. Pour éviter la disparition de la souche tricolore "drapeau belge" originelle, tous les mutants "queue noire" furent retirées au fur et à mesure de leur apparition et élevés à part. Dans la nature également, des variations individuelles liées à l’âge, au sexe et aux conditions du milieu sont fréquentes chez ce Poisson (plusieurs espèces du genre Bedotia avaient d'ailleurs été décrite au départ); il en est de même chez les éleveurs, ce qui fait que la morphologie et les colorations des spécimens commercialisés depuis les années 1990, ne sont pas forcément respectées par rapport au "standard" ! Après plus de 60 ans de vie en aquarium, de génération en génération, longue vie à la souche originelle, "fierté" de l’Aquarium, mais également du Cercle Aquariophile de Nancy… lequel mérite en effet tout particulièrement son surnom de - Bedotia Club - en raison du rôle qu’ont joué, au départ, un certain nombre de ses membres dans l’exploit qui consiste à pouvoir présenter au public : "les descendants directs des premiers Bedotia élevés en Europe" !
Biodiversité : p. 01 - p. 02 - p. 03 - p. 04 - p. 05 - p. 06 - p. 07
Biodiversité, Génétique et Mutation. L’étude de la biodiversité ne concerne pas seulement la variété des espèces, mais aussi celle des écosystèmes, sans oublier la diversité génétique . Celle-ci prend en compte la variabilité du patrimoine génétique des individus au sein d'une même espèce : chaque individu y dispose de particularités génétiques permettant à l'espèce, le cas échéant, de s'adapter "rapidement" à des changement brusques du milieu environnant ou de résister à de nouvelles maladies. Des individus pourront disparaître mais l'espèce survivra ! Exemples: certains individus de l'espèce humaine s'avèrent de fait "réfractaires" à la tuberculose, plus récemment au SIDA... Sans cette adaptabilité génétique il n'y aurait sans doute pas beaucoup de vie sur terre ! Lorsque des éleveurs (de poissons d'aquarium par exemple mais pas seulement), "s'amusent" à "fabriquer" des souches, voire des variétés ou des races par sélection "phénotypique" (sur des critères morphologiques apparents tels que la couleur, la taille , la forme...), pour que des spécimens répondent à divers critères à la mode, ils "jouent" avec la diversité génétique de l'espèce et l'appauvrissant du même coup. En effet, lorsque des gènes gênent, ils les écartent petit à petit, par sélection artificielle, liée au hasard, au profit d'autres qui les intéressent davantage. D'autres éleveurs, plus avisés, font de la sélection dite "génotypique" ou "mendélienne" (référence au moine de Silésie, Grégor Mendel - 1822 - 1884, le "père" de la génétique moderne - les Lois de Mendel datant de 1866). Ils s'appuient sur le code génétique ou génotype et prennent en compte le caractère héréditaire dominant ou récessif de telle au telle spécificité qu'ils veulent valoriser. Ils choisissent alors les géniteurs en conséquence. Là aussi, malheureusement, le risque d'appauvrissement de la biodiversité génétique n'est pas négligeable. Lorsque l'aquariophile mélange des populations d'une même espèce mais d'origine géographique précise, adaptées à des conditions locales données, il diminue la biodiversité génétique de cette population. Lorsqu'il prend soin de ne pas mélanger les populations et qu'il oublie les échanges génétiques avec des aquariophiles possédant des spécimens de la même population, il appauvrit également la diversité génétique des individus qu'il élève... Lorsque, dans la nature, l'homme sélectionne, perturbe des écosystèmes, isole et fractionne des populations, détruit des biotopes, il appauvrit aussi la diversité génétique. Tant que des souches "naturelles" subsistent en grand nombre, l'espèce ne sera pas en danger le jour où, passé de mode, l'homme abandonnera à leur triste sort les souches sélectionnées. Par contre, si l'espèce s'appauvrit de trop en nombre d'individus, que les échanges génétiques ne sont plus possibles à grande échelle, alors l'espèce sera en grand danger. Quand arrive la prise de conscience du fait que telle ou telle espèce est en danger d'extinction, des sommes colossales pourront, le cas échéant, être dépensées pour essayer de la sauver. Ne serait-il pas plus simple de prévenir au lieu d'être toujours contraint d'essayer de guérir ? Dans la Nature, des mutations se produisent également et sans doute en plus grand nombre que ce que l'on ne le pense. Ces mutations peuvent aider à préserver l'espèce si des modifications de l'environnement favorisent le mutant. Les mutations spontanées sont souvent considérées comme un moteur de l'Evolution car elles peuvent s'avérer avantageuses pour l'espèce. A titre d'exemple, ci-dessous, compte-rendu simplifié et illustré d'une mutation survenue chez un poisson endémique de Madagascar, élevé à l'aquarium tropical de Nancy : le Bédotia ( Bedotia geayi ).
Légende des photos: Ci-dessus : - vue d'ensemble de l'Aquarium des Bedotia d e la Galerie Est du Muséum-Aquarium de Nancy, le même aquarium depuis 1974. Photo prise en 2006. Lors de la rénovation de la Galerie Est, en 2012, les Bedotia ont été transférés dans un autre bac de la Galerie Est. Le tri des queues noires ayant été suspendu pendant quelques années, les "tricolores" ont disparus. Il serait intéressant d'essayer de retrouver les "Drapeaux Belges" dans la future descendance et de reconstituer le "cheptel" original ! Ci-contre et de haut en bas : - Il est remarquable de constater que le patrimoine génétique de ces Poissons ne s'est pas fondamentalement altéré (coisements "consanguins" depuis 1952 !), cette photo datant de 2006. - Mâle photographié en... 1974 ! - Mâle "queue noire"photographié dans les années 1980,au moment de l'apparition des premiers "mutants". Dès que l'on s'est apperçu que cette mutation avaient tendance à dominer, ils furent systématiquement retirés et placés dans un bac de réserve. Ci-dessous : vue de détail de l'aquarium des Bedotia avec mélange de "Queues tricolores" et de "Queues noires". Photos Denis Terver - Muséum Aquarium de Nancy.

Banc de Sars en Méditerranée : photo Jean-Pierre Stella
Festival de mots Biodiversité Maldives Festival de sons Biographies Festival d'images Nancy tropical Poissons des eaux douces de France Album Vie - identification 1 Vie - identification 2 Données écologiques, pisciculture et lexique Liste des espèces Fiches aquariologiques Machine à remonter le temps Colisa chuna Fundule bleu Polycentrus Discus Terrarium Retrospectives (vidéos) Vidéo Stella La Méditerranée Gilbert Fournier Groupe des rescapés Vincent Labat Les Océanautes L'eau de là Son et lumière des poissons électriques Jumelages Nancy Liège 1972 Le Dr HR Axelrod à Nancy en 1976 Voyage à Berlin en 1977 Aquaphone 1989 Les 50 ans du C.A.N. Affiche - Programme Album Parmantier Album Poissons Album Salvé Aquaphone AccueilCopyright 2016
www.denis-terver.fr
Contact