Polypes de la Méduse Aurélie (Aurelia aurita) . Photo D. Terver - G. Eckert
Fig. 66 - Strobilation de scyphistomes sur coquille d’Ormeau et jeune éphyrule d’ Aurelia aurita . Photos D. Terver, élevages G. Eckert .
Fig. 67 - A gauche: strobilation polydisque (Aurelia aurita). Au centre strobilation monodisque ( Cassiopea andromeda ). Elles se produisant simultanément, ici, dans un même aquarium. Photos D. Terver, élevages G. Eckert . A droite: Cassiopea andromeda . Polypes à pédoncules très longs. Photos Thomas Jermann - Vivarium de Bâle .
Strobilation et grossissement des éphyrules, en aquarium public et à domicile : Différentes techniques peuvent être utilisées pour déclencher la strobilation. Choc thermique froid : c’est la technique le plus utilisée en Aquarium public car elle se prête facilement à une programmation. La température du bac des polypes est abaissée à 12-13 °C pendant trois semaines à un mois (mise en œuvre d’un groupe réfrigérant, pièce climatisée, bain-marie réfrigéré...). Les polypes, peu affectés par le changement de température, continuent, bien évidemment, à être nourris, au moins une fois par jour. Elle peut même être renforcée sous réserve de bien surveiller les paramètres physico-chimiques. A domicile, le support (coquille d’Ormeau, pierre « vivante » ou autre support), recouvert de polypes, placé dans un récipient spécifique, peut, tout simplement, être mis au frigo à 10 - 12 °C pendant une dizaine de jours, sans bullage et, sauf urgence, sans changements d’eau. Le nourrissage se poursuit, là aussi, sous réserve toutefois de surveiller et de remédier à toute dérive éventuelle des paramètres physico-chimiques. Aussi convient-il de prévoir des réserves d’eau de mer, à la température du frigo, pour d’éventuels changements d’eau. La présence de lumière n’est pas indispensable au bon déroulement du processus. Dès les premiers signes de strobilation, on peut ramener les polypes à température ambiante. Choc alimentaire : les polypes supportent facilement un jeûne d’une semaine (et même un mois d’après L. Feuillassier, en prenant certaines précautions), moyennant une diminution de leur taille et une rétraction de leur tentacules. Après une période de jeûne ou de restriction alimentaire, lorsque la distribution de Nauplies est brusquement reprise, voire accentuée (attention toutefois à ne pas polluer), la strobilation peut s’enclencher. Choc osmotique : un changement brutal de densité peut également être utilisé (avec prudence et parcimonie), pour induire une strobilation, surtout chez Cassiopea, plus habituée aux changements de densité dans son milieu naturel. Chez cette dernière espèce, un bref passage en eau douce s’avère un bon déclencheur osmotique. Strobilation spontanée : elle peut se produire dans le bac de stockage (ou décoratif) des polypes, sans raison apparente. La nouvelle de l’apparition des premiers scyphistomes semble alors se propager dans l’aquarium, telle une « trainée de poudre », provoquant parfois une « explosion » d’éphyrules. Toutefois, cette strobilisation spontanée survient préférentiellement l’été lorsque la température ambiante grimpe, passant de 23 à 26-28 °C, un choc thermique chaud en quelque sorte. Un changement d’eau mensuel est aussi une méthode de strobilation efficace (pratiquée par L. Feuillassier), moins stressante que les chocs thermiques. Dans tous les cas : la strobilation peut être stimulée et accélérée par ajout de 0,5 ml/l et par jour de Lugol. Elle débute par un allongement significatif des polypes et un changement de couleur (ils foncent jusqu’à devenir rouge brique). Les supports peuvent alors être transférés dans un bac de collecte à température ambiante. Les éphyrules produites sont récoltées tous les jours, avec grande délicatesse, à l’aide d’une grosse pipette à large orifice pour ne pas blesser ces fragiles créatures. Remarques : la strobilation (Fig. 66, 67 et 68) ne peut intervenir que si le polype est mature (ni trop jeune, ni trop petit). Si la qualité de l’eau des bacs se dégrade, les polypes dégénèrent et peuvent totalement disparaître. Aussi, pour éviter de perdre la souche, il est prudent de ne pas mettre « tous ses œufs dans le même panier » ! Il est vivement conseillé de retirer les éphyrules au fur et mesure pour les soustraire aux tentacules des polypes.
Page 28

Fig. 68. - Strobilation chez Aurelia aurita : polypes et strobiles sont fixés sur un pondoir en plastique flottant, ce qui évite tout contact avec les particules du substrat et permet un nettoyage efficace. Encadré : Support de fixation (anciennes poches ostréicoles) pour polypes. Elevages et Photos Lionel Feuillassier .
Festival de mots : Aurélie Part.1 p. 01 - p. 02 - p.03 - p. 04 - p. 05 - p. 06 - p. 07 Part.2 p. 08 - p. 09 - p. 10 - p. 11 - p. 12 - p. 13 - p. 14 - p. 15 - p. 16 - p. 17 - p. 18 - p. 19 - p. 20 - p. 21 - Part. 3 p . 22 - p. 23 - p. 24 - p. 25 - p. 26 - p. 27 - p. 28 - p. 29 - p. 30 - Partie 4. p. 31 - p. 32 - p. 33 - p. 34 - p. 35 -
Festival de mots Biodiversité Maldives Festival de sons Biographies Festival d'images Nancy tropical Poissons des eaux douces de France Album Vie - identification 1 Vie - identification 2 Données écologiques, pisciculture et lexique Liste des espèces Fiches aquariologiques Machine à remonter le temps Colisa chuna Fundule bleu Polycentrus Discus Terrarium Retrospectives (vidéos) Vidéo Stella La Méditerranée Gilbert Fournier Groupe des rescapés Vincent Labat Les Océanautes L'eau de là Son et lumière des poissons électriques Jumelages Nancy Liège 1972 Le Dr HR Axelrod à Nancy en 1976 Voyage à Berlin en 1977 Aquaphone 1989 Les 50 ans du C.A.N. Affiche - Programme Album Parmantier Album Poissons Album Salvé Aquaphone AccueilCopyright 2016
www.denis-terver.fr
Contact