Plongée de jour, vers un monde incroyablement fascinant ! (voir aussi : Biodiversité 02)
Carte situant la Mer Rouge ; encadré = détail de la partie Nord avec Golfe de Suez et d'Aqaba (source Google Earth).
En profondeur la température ne descend que très lentement, elle est encore de l’ordre de 20° C à 1000m (5° C à la même profondeur dans l’Océan Indien pourtant tout proche). Si l’on y rajoute une ventilation quasi permanente, on obtient une très forte évaporation, d’où une augmentation sensible de la salinité en surface (jusqu'à 45). L’eau dense est donc entraînée vers les profondeurs pendant que des eaux moins salées (38) provenant de l’Océan Indien compensent le niveau. Les marées y sont faibles en raison de son isolement par rapport à l’Océan Indien (amplitude de 0,4 à 0,7 m). La transparence de l’eau est exceptionnelle car l’apport des eaux continentales, chargées en sédiments, est très faible, ce qui entraîne par contre un appauvrissement en substances minérales tels que phosphates ou nitrates, d’où une raréfaction du plancton. Toutefois, en raison d’une luminosité extrême et de températures favorables, une impressionnante variété de coraux se développe dans une zone qui, en fait, touche les régions tempérées (limite septentrionale des coraux hermathypiques = constructeurs de récifs) et dans laquelle, normalement, ailleurs de par le monde, à la même latitude, on ne trouve pas de récifs coralliens.
Gorgone buissonnante. Photo Gilbert Fournier
Les Alcyonaires sont des Octocoralliaires (polypes à 8 tentacules) aux noms communs d' "animaux-fleurs", "fleurs vivantes", "coraux cuirs" ou encore "coraux mous". En effet, ils n’ont pas de squelette mais disposent de spicules calcaires (voir photos ci-dessous). Beaucoup se gonflent la nuit et se développent de manière considérable, parfois au détriment des coraux durs dont ils peuvent prendre la place. Ce sont de merveilleuses arborescences, délicatement et diversement colorées ( bandeau ci-dessus. Photo Gilbert Fournier) . Voir également vidéo "Les Alcyonaires", Les Productions du Requin Marteau = https://vimeo.com/61725241
Gorgone éventail. Photo Gilbert Fournier
Les Gorgones sont des Octocoralliaires buissonnantes ou en éventails, de couleur jaune, mauve, rose … Ces colonies animales, pourvues d’un squelette corné, parfois renforcé par du calcaire, souple et résistant, sont souvent implantées perpendiculairement aux courants.
Pour découvrir, sous la Mer Rouge, cet Univers , grâce à cette première vidéo, suivons...nos plongeurs : présentation des "artistes" page 02.
En pénétrant dans l’eau, le contraste est total ! L’éclatante lumière du soleil perd de son intensité, les teintes chaudes sont absorbées ! Le plongeur, dans sa descente, semble fondu dans ce décor féerique illuminé par des chapelets de bulles s’échappant de son respirateur. Direction : le royaume des « animaux-fleurs ». Noyé dans le bleu des profondeurs, sous la lumière de puissants projecteurs, le récif madréporique (= récif corallien), apparaît alors dans toute sa splendeur ! Edifié par des myriades de minuscules polypes intimement associés (symbiose très étroite ou endosymbiose) à des algues microscopiques unicellulaires, les Zooxanthelles (qui vivent et se multiplient dans les cellules de l’endoderme, où elles sont maintenues à un niveau constant et assurent l’essentiel du métabolisme alimentaire), ces humbles et infatigables bâtisseurs utilisent des quantités hallucinantes de deux ingrédients : du carbonate de calcium extrait de l’eau de mer par milliards de tonnes et .. du temps par dizaines de milliers, voire dizaines de millions d’années ! Les polypes, carnivores, complètent leur alimentation, essentiellement la nuit, en capturant du zooplancton (ils peuvent également assimiler des substances nutritives dissoutes). Voir la vidéo "Dans le Bleu de la Mer Rouge - 1 -" = http://youtu.be/f-7rMruktpI

Beaucoup de plongeurs Européens peuvent se considérer comme des "bienheureux". Ils ont en effet déjà leur paradis sur Terre ! Ce paradis se situe à l’ouest d'Eden, pardon je voulais dire d’Aden (plus grand port du Yémen) et se nomme « Mer Rouge » (qui doit son nom au développement occasionnel et explosif d’une algue bleue à pigment rougeâtre : ( Trichodesmium erythraeum ). Mais avant d’accéder à ce paradis sous-marin idyllique et luxuriant, il nous faut d’abord traverser un « enfer », certes majestueux, mais ô combien désertique, aride, brûlant, venteux et inhospitalier ! Le contraste est absolu, aussi nous allons vous faire partager cette descente au « Paradis des plongeurs » et nous attarder en particulier dans son annexe : le Golfe d’Aqaba. Mais, avant de visiter tombants, grottes et canyons débordant de richesses et de vie :
Dans le bleu de la Mer Rouge
Festival d'images : Mer Rouge p. 01 - p. 02 - p. 03
Un peu de géographie La Mer Rouge occupe la plus grande partie du fossé d’effondrement Est Africain dont les origines remontent a plus de 150 millions d’années (parallèlement à l’élévation des Alpes) mais qui ne s’est réellement formé qu’il y a moins de 40 millions d’années et a subi de gros bouleversements il y a moins de 5 millions d’années (en fait, les récifs actuels n’auraient pas plus de 5000 ans). Il se prolonge au nord par le golf d’Aqaba en direction de la Mer Morte et de la Syrie. Avec 2200 km de long pour une largeur maximale de 350 km, la Mer Rouge atteint cependant une profondeur de 2600 m ! Comparée aux autres mers en général et récifales en particulier, elle est souvent considérée comme la plus originale, la plus belle et la plus riche du monde. Au Sud, un goulot d’étranglement de 29 km de large avec un haut fond à seulement 130 m de profondeur (Bab el-Mandeb = "porte des lamentations" ), sépare la Mer Rouge de l’Océan Indien, d’où un effet de seuil, dont le fonctionnement est comparable à celui du détroit de Gibraltar en Méditerranée (courant superficiel entrant, courant profond sortant). Quant au golfe d’Aqaba avec ses 180 Km de long pour une largeur moyenne de 25 Km tout en atteignant la profondeur record de 1380 m, également isolé du bassin principal par un étranglement, il peut lui-même être comparé à une Mer Rouge en miniature avec de nombreuses îles et des récifs prestigieux. Ses rives, entourées de montagnes, plongent rapidement à 1000 m de profondeur ne laissant, comme dans toute la Mer Rouge, qu’un plateau continental d’une cinquantaine de mètres colonisé pas des récifs frangeant. Ainsi le Golfe d’Aqaba se comporte-t-il comme une gigantesque auge isolée du bassin principal, alors que le Golfe de Suez n’est qu’une mer plate et peu profonde (80 – 90 m maximum) pauvre en récifs. Des étés très chauds et des hivers rudes induisent un environnement extrêmement sec ayant des répercutions sur le comportement hydrologique de la mer. Sa surface peut atteindre 30° C en été et descendre à 21° C en hiver (19 pour le Golfe de Suez, aussi les récifs coralliens y sont rares).

Les Madréporaires sont improprement qualifiés de « Coraux »; en fait, ce sont des Hexacoralliaires (polypes à 6 ou multiples de 6 tentacules). Les coraux vrais, comme le corail des joailliers, de Méditerranée, sont des octocoralliaires (polypes à 8 ou multiples de 8 tentacules) On compte plus de 2500 espèces de Madréporaires hermatypiques (=bâtisseurs de récifs), ou "coraux durs", aux formes et aux couleurs infinies, généralement très fragiles, qui ne se développent qu’à des températures supérieures à 20° C (18 = minimum de survie, mais craignent également les températures trop élevées). La prospérité des récifs coralliens dépend également des courants marins (eau agitée, bien oxygénée), mais aussi d’une eau claire, sans trop de matières en suspension. Enfin les récifs exigent beaucoup de lumière (à cause des Zooxanthelles) : pas de lumière = pas d’algues et qui dit pas d’algues = pas de "coraux", et pas de coraux pas de vie luxuriante! L'image ci-contre montre des zooxanthelles colonisant les cellules de l'endoderme de Madréporaires.
Festival de mots Biodiversité Maldives Festival de sons Biographies Festival d'images Nancy tropical Poissons des eaux douces de France Album Vie - identification 1 Vie - identification 2 Données écologiques, pisciculture et lexique Liste des espèces Fiches aquariologiques Machine à remonter le temps Colisa chuna Fundule bleu Polycentrus Discus Terrarium Retrospectives (vidéos) Vidéo Stella La Méditerranée Gilbert Fournier Groupe des rescapés Vincent Labat Les Océanautes L'eau de là Son et lumière des poissons électriques Jumelages Nancy Liège 1972 Le Dr HR Axelrod à Nancy en 1976 Voyage à Berlin en 1977 Aquaphone 1989 Les 50 ans du C.A.N. Affiche - Programme Album Parmantier Album Poissons Album Salvé Aquaphone AccueilCopyright 2016
www.denis-terver.fr
Contact