Festival de mots : Aurélie Part.1 p. 01 - p. 02 - p.03 - p. 04 - p. 05 - p. 06 - p. 07 Part.2 p. 08 - p. 09 - p. 10 - p. 11 - p. 12 - p. 13 - p. 14 - p. 15 - p. 16 - p. 17 - p. 18 - p. 19 - p. 20 - p. 21 - Part. 3 p . 22 - p. 23 - p. 24 - p. 25 - p. 26 - p. 27 - p. 28 - p. 29 - p. 30 - Partie 4. p. 31 - p. 32 - p. 33 - p. 34 - p. 35 - Autres espèces : Craspedacusta 1 - Craspedacusta 2 -
Retour page précédente
Remarques : au risque de faire, au moins partiellement, double emploi avec Craspedacusta 1, nous publions ci-dessous, un certain nombre d'informations complémentaires dont : - une page extraite du "Courrier des Lecteurs" du Bulletin de Liaison N° 15 (mai 1976), du Cercle Aquariophile de Nancy (CAN). - des données extraites d'autres publications et en particulier celles de Goy (1971), Acker (1976), Turquin (2010) - des observations sur le terrain (biotope) et en aquarium (photo annotée page précédente) de Lionel Feuillassier . - des notes complémentaires par Guillaume Eckert.
Une Méduse craspédote d'eau douce : Craspedacusta sowerbii (= sowerbyi ) Lankester 1880 Par Denis Terver, collaboration Thomas Jermann, Claude Vast et Lionel Feuillassier ( suite de Craspedacusta 1).
"Même si l'espèce est réputée cosmopolite, la découverte de cette petite méduse au détour d'un chemin forestier résonne encore comme une véritable surprise. Ce n'est qu'après une observation plus détaillée du biotope, que la présence de cette espèce en ces lieux vallonnés apparaît finalement comme une évidence. En effet, toutes les exigences sont réunies pour lui offrir des conditions optimales de vie. Cette méduse, sans doute arrivée là sous forme de podocyte grâce à un vecteur passif (pattes des oiseaux ?), profite d'une étendue d'eau servant de réserve pour la lutte contre les feux de forêts. En période estivale, cette rétention d'eau est alimentée par un ruisseau au très faible débit, seulement gonflé par les rares pluies d'été. L'alimentation du bassin étant diminuée, les méduses peuvent se développer dans une eau quasiment stagnante. Afin de permettre aux hélicoptères bombardiers d'eau d'accéder à cette réserve, la végétation aux pourtours du bassin est régulièrement entretenue. De ce fait, un ensoleillement important combiné au faible renouvellement d'eau facilitent le développement du phytoplancton ainsi que du zooplancton planctonophage dont les copépodes, rotifères... Les méduses baignent ainsi dans une eau verte très riche en proies. Les feuilles, les branches d'arbres, le contour bétonné du bassin, sont autant de supports potentiels pour les polypes. Bien que tout semble réuni pour un développement pérenne de la petite méduse, l'équilibre de cette réserve d'eau est fragile. Les fortes pluies de fin d'été entraînent bien souvent un renouvellement d'eau important et de ce fait une évacuation des proies et des méduses. La baisse des températures à l'arrivée de l'automne induit également un ralentissement de leur prolifération".
Ecologie et impact sur le milieu : Une étude fouillée ( Acker , 1976), analyse divers paramètres physicochimiques qui régissent la survie des différents stades du cycle vital de cette méduse et en particulier la température, mais s'intéresse aussi à leur alimentation. Pour Lionel Feuillassier , malgré une présence discrète, la prédation de C. sowerbii peut s'avérer importante et entrainer de réelles répercutions sur les réseaux trophiques. Rotifères, Artémies, Crustacés, Copépodes... rien n'est trop bon pour cette petite boulimique. Prédateurs: diverses expériences rapportées par Turquin montrent que "des poissons qui n'ont jamais été en contact avec les méduses apprennent en deux ou trois essais à éviter le cnidaire... seule l'écrevisse américaine mange les méduses posées sur le fond, les autres espèces n'y touchent pas. C. sowerbii est donc un superprédateur intermittent, fragile qui n'a que peu d'impact dans le milieu naturel".
Systématique, nomenclature et définitions: - le terme "Cœlentérés " utilisé dans le texte ci-dessus, n'est plus de mise aujourd'hui : cliquer ici - C. sowerbii ou C. sowerbyi : les deux termes sont admis en synonymie (Code International de Nomenclature Zoologique). - Craspedacusta, du grec craspedo = frange (allusion au velum) et du latin custos = garde, allusion au fait que les statocystes sont "gardés", autrement dit enchâssés dans le velum. - Limnoméduse : Méduses d'eau douce. Olindidés : Famille à laquelle est rattaché Craspedacusta sowerbii. - Néozoaire : se rapporte aux animaux introduits, souvent invasifs. - Sténotherme : se rapporte à des organismes ne tolérant que de faibles amplitudes thermiques. - Thermophile : se rapporte à des organismes qui préfèrent les températures élevées. Origine, répartition et dissémination: Pour certains auteurs: Sud-est asiatique (Chine, Japon) avec comme vecteur les poissons rouge et leur eau de transport "chinoise"; pour d'autres: Amérique du Sud avec comme vecteur les plantes aquatiques comme Victoria amazonica (=regia) le "Plateau à tarte" et Eichhornia crassipes, la Jacinthe d'eau . La Biologie moléculaire conforte cependant nettement l'origine chinoise et notamment le Yang seu Kiang. L'expansion rapide de cette espèce en France et en Europe a été favorisée par les connexion entre réseaux hydrographiques. Le transport fluvial est souvent considéré comme un vecteur d'expansion pour un certain nombre d'espèces dulcicoles introduites. Trouvant ses origines en Chine, cette espèce est désormais répandue sur les cinq continents. Présente partout en France (Goy récapitulait 36 stations en 1971); de nos jours, il serait plus facile de faire l'inventaire des stations où elle n'est pas présente), Craspedacusta sowerbii à une prédilection pour les milieux aquatiques artificiels dont le fonctionnement hydrologique est longuement expliqué par Turquin (2010). C'est le cas rapporté ci-dessous par Lionel Feuillassier.
Notes complémentaires par Guillaume Eckert : Cette petite espèce, parfois abondante lors des étés caniculaires dans certains étangs, est également connue sous le taxon synonyme de Lymnocodium. La forme benthique, fixée, polype est en fait très répandue et semble tolérer tous les climats, longitudes et latitudes, tant et si bien qu'elle est devenue cosmopolite ! Les références bibliographiques indiquent clairement qu'on la trouve un peu partout dans le monde, colonisant de nombreuses étendues d'eau douce(Australie, France, Russie, Etats-Unis d'Amérique, Japon, Chine, Canada..). - en Illinois (Cleave, H.J. van, 1936) - en Meuse Belge (Damas, H., 1939) - au Connecticut (Deevey, E.S.J. & Broocks, J.L., 1943) - dans le Canal du Midi à Toulouses (Despax, R., 1945) - en Ohio et Pennsylvanie (Dexter, R.W., Surrarer, T.C. & Davis, C.W., 1949) - en Roumanie (Dobreanu E. & Serbanesco, J., 1946) - dans l'Est du Canada (Fantham H.B. & Porter, A., 1938) - dans le Dropt en France ( Feystaud, J & Cadenat, J., 1930) - dans le Mississipi (Fincher, J.A & Buchanan, K.S., 1944) - en Angleterre (Flower, W. & Lockyer, S., 1928) - dans le Kentucky (Garman, H., 1919) - près de Richmond, Indiana (Garner, M.R. & Marlle, M.S., 1932) - en Chine à Kiating, Szechuen (Gaw, H.Z. & Kung, L.H., 1939) - dans la Mayenne (Germain, H., 1934) - en Angleterre (Hickson, S.J., 1929) - en Virginie (Hobbs, H.H., & Page, C.H., 1953) - dans le Lancashire (Kidd, L.N., 1956) - en Chine (Kramp, P.L., 1950) - dans un aquarium à Lyon (Larambergue, M.De, 1945) - dans un Aquarium de Berlin (Miethke, E. & Ulrich, W., 1936) - aux environs de Gand (Oye, P. & Haeck, M.C., 1953) - dans le Kentucky: notée Craspedacusta ryderi, espèce proche ou synonyme ? (Payne, F., 1925) - dans le Colorado (Pennack,R.W., 1956) - Niederlanden (Redecke, H.C & De Vos, A. P. C., 1931) - en Autralie (Thomas, I.M., 1950) - en Virginie, dans le Lac Matoaka à Williamsburg (Tresselt, E.F., 1950) - au Japon (Uchida, T., 1951) - en Louisiane (Viosca, P. & Burkenroad, M.D.,1936) - dans le Dropt (Weil, R., 1949) - à Tashkent en Russie (Zavadsky, A.M., 1948) - dans le New Jersey (Zeliff, C.C., 1940 Fort discrète à l'état de polype, c'est seulement lorsque les conditions climatiques = vagues de chaleur estivales (canicules) et (sur)abondance de plancton, qu'elle daigne se manifester à l'état de méduse... Elle n'a pas besoin de courants aquatiques ascendants, contrairement à ses cousines marines, Aurelia et autres, pour nager, car elle évolue par saccades en contractant son ombrelle, de temps à autres. Cette belle espèce est signalée en Lorraine depuis des années; elle est présente dans les gravières notamment... Elle m'a été signalée à Damlevière, par un ancien conducteur de Bus, qui m'a rapporté qu'il en voyait lorsqu'il était gamin (cela remonte à plus de 50 ans au moins !) Il est difficile de déceler sa présence, les polypes sont petits et très discrets. Autant chercher une aiguille dans une botte, de foin, il faut une patience de Moine Tibétain pour cela ! Mes tentatives de maintenance et d'élevage de cette gracieuse ballerine aquatique ont échoué comme le radeau de la méduse de Jéricho, hélas : mais j'ai préféré essayer et courir le risque d'échouer plutôt que de ne rien faire.

Bibliographie : Acker, Th. S and A-M. Muscat . (1976). - The Ecology of Craspedacusta sowerbii Lankester, a freshwater Hydrozoan. Amecican Midland Naturalist , 95 , 323-336. Feytaud, J . et J. Cadenat . (1930). - Une Méduse d'eau douce dans le Dropt. Rev. Zool. agri. et appl. , 8 , 117-128, 9 : 141-147, 10 : 159-163. Goy, J . (1971). - Remarques sur la Biologie de Craspedacusta sowerbii Lank. , en France. Bull. Sté zool de France , 96 , 17-22. Larambergue, M. de (1945). - Remarques sur la biologie de Craspedacusta sowerbii Lank. à propos de l'apparition de Méduses dans un aquarium à Lyon. Bull. Soc. linn. Lyon , 14 , 13-18. Vaney, C. et A. Conte (1901). - Sur le Limnocodium sowerbii Ray Lankester. Zool. Anz. Dtsch. 24 , 533-534. Turquin, M-J. (2010). - Progrès dans la connaissance de la métagénèse chez Craspedacusta sowerbii (= sowerbyi) (Limnoméduse, Olindidae). Bourgogne-Nature , 9-10 : 162-174. Lien Internet: ROCHEFORT G., PLU C., COROLLA J-P , in : DORIS, 2/5/2014 : C. sowerbii Lankester, 1880, http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=442 Voir aussi : http://www.aquaportail.com/fiche-corail-2752-craspedacusta-sowerbyi.html
Festival de mots Biodiversité Maldives Festival de sons Biographies Festival d'images Nancy tropical Poissons des eaux douces de France Album Vie - identification 1 Vie - identification 2 Données écologiques, pisciculture et lexique Liste des espèces Fiches aquariologiques Machine à remonter le temps Colisa chuna Fundule bleu Polycentrus Discus Terrarium Retrospectives (vidéos) Vidéo Stella La Méditerranée Gilbert Fournier Groupe des rescapés Vincent Labat Les Océanautes L'eau de là Son et lumière des poissons électriques Jumelages Nancy Liège 1972 Le Dr HR Axelrod à Nancy en 1976 Voyage à Berlin en 1977 Aquaphone 1989 Les 50 ans du C.A.N. Affiche - Programme Album Parmantier Album Poissons Album Salvé Aquaphone AccueilCopyright 2016
www.denis-terver.fr
Contact